Restauration d’oeuvres d’art asiatique

Encadrements traditionnels sur rouleau Kakejiku

Les papiers asiatiques sont composés de différentes matières végétales : murier à papier, bambou, chanvre, gampi. Ils ont la particularité d’être absorbants et fins et de permettre ainsi à l’encre de les transpercer et d’exprimer toute son intensité et ses nuances dans la pratique de la calligraphie et de la peinture sumi-e.

L’encre se présente sous forme d’un bâtonnet compact composé de colle animale et de suie, qui doit être frotté sur une pierre au grain fin avec de l’eau pour devenir ce liquide noir aux nuances de rouge, de bleu ou de brun.

Ces techniques se répandent en Asie avec la diffusion du bouddhisme et de ses textes transportés par les moines itinérants. Pour améliorer la conservation des documents, faciliter leur transport et leur stockage sont inventés les encadrements souples montés sur rouleau que nous connaissons sous leurs noms japonais : kakejiku lorsqu’ils sont suspendus verticaux ou e-maki lorsqu’ils sont déroulés à l’horizontale. Les motifs des soies d’encadrements et les formes des kakejiku sont codifiés selon le texte calligraphié, texte sacré ou poème, ou le thème de la peinture.

Marouflage et montage en rouleau

L’œuvre est en premier lieu marouflée, ura-uchi, c’est-à-dire doublée, consolidée, par un autre papier appliqué sur son revers avec une colle d’amidon. Cette action à pour propos de consolider mais aussi d’aplanir le papier qui a gondolé sous l’action du pinceau. Par ce procédé l’encre va révéler toutes ses nuances. Le marouflage est l’action préliminaire obligatoire.

L’œuvre peut alors être entourée de soies traditionnelles ou de textiles plus contemporains selon les désirs de son propriétaire et montée en rouleau.

Voir photo des tissus

Restauration conservation des œuvres asiatiques

Sumié, encre de Chine, ancêtres chinois, estampes, Calligraphie, peinture à l’encre et aux pigments, marouflages d’œuvres anciennes et modernes.

Voir photos des portraits chinois avant/ après

Tous les matériaux utilisés pour la fabrication des kakejiku ou la restauration des œuvres asiatiques ont un pH neutre et sont choisis dans le respect des pratiques anciennes et du principe de réversibilité.

L’Atelier du Temps Passé, fort de plusieurs décennies d’expérience, et grâce à son équipe de spécialistes en restauration de tableaux saura répondre à toutes vos demandes. 

Un devis détaillé sera toujours établi avant toute intervention.

N’hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement, ou pour toute mesure d’urgence (dégât des eaux, incendie, dossier d’assurance, etc.).

01 43 07 72 26